La mode hipster devient de plus en plus populaire dans notre société. Afin de ne pas être vu comme un « suiveur », de nombreuses personnes ont opté pour un style de vie personnalisé.

Le hipster a envahi tous les domaines de la société. C’est désormais un goût musical, un régime alimentaire particulier, mais surtout un code vestimentaire unique. Pourquoi une telle popularité ? C’est ce que je m’essayerai de vous faire savoir à travers ce blog.

Que nous dit l’histoire de la mode hipster ?

Le mouvement hipster vit le jour dans les années 1930-1940 sur les scènes jazz des États-Unis. Héritage du gospel et des esclaves noirs du sud des USA, le Jazz est un style musical exclusivement noir.

Le terme hipster était employé pour désigner les blancs issus des classes moyennes à fortunées, qui allaient dans les bars feutrés, savourer les sonorités instillées par des jazzmen afro-américains.

Fascinés par la culture jazz et afro-américaine, ces blancs adoptèrent tous les codes de ces noirs : musique, langage, style de vie, style vestimentaire, drogues, etc.

Quand je dis de vous que vous êtes un hipster, je veux probablement dire que vous êtes « libéré » ou que vous avez « ouvert les yeux ». En effet, le terme peut avoir une double signification :

Venu du terme « hepcat » utilisé par les jazzmen afro-américains afin de décrire les blancs qui allaient écouter leur musique, le terme « hip » signifie « libéré ». Le mot « hip » veut dire « ouvrir les yeux » dans une langue sénégalaise : le Wolof.

Ces deux significations correspondent parfaitement aux hipsters qui aiment à s’écarter des sentiers battus et abandonner la culture « mainstream ».

Recherche de liberté

Il y a de nombreuses raisons qui ont popularisé la mode hipster. Tout part d’abord de la signification du terme : liberté.

Au début des années 2000, l’évolution de la technologie et par ricochet, des médias, a imposé à notre société, des codes de vie. Les gens voulaient ressembler à telle ou telle célébrité.

Finalement, il s’est créé une sorte de dictature de style de vie. Pour ne pas être comme les « moutons », des marginaux ont progressivement commencé à se démarquer à travers les styles vestimentaires, les boissons prisées notamment les bières, les cigarettes et surtout les styles musicaux.

Faute de pouvoir inventer (ce qui prendrait plus de temps et exigerait des ressources), ces marginaux longtemps considérés comme des bohémiens se sont rabattus sur les modes de vie rétro.

Je pense que le caractère cool du mouvement le rendit populaire. Le commun des mortels pense qu’être cool, c’est être habillé comme la star « à la page ». Au contraire, pour le « hipster », être cool, c’est être ce que l’on ne voit jamais à la télé.

Le hipster veut vivre pleinement sa vie, refuse d’être confondu à la masse, veut être singulier. Bref, aller à l’opposé des dogmes. Voilà ce qui fait la popularité du hipster.

La cause environnementale

L’environnement préoccupe de plus en plus de gens dans le monde. De nombreux leaders mondiaux tous secteurs confondus militent de plus en plus pour la préservation de l’environnement.

Pour le hipster, il est plus écologique d’aller s’acheter ses vêtements dans la friperie plutôt que d’aller dans les grandes enseignes pour le faire afin de juste paraître « à la page ».

Se vêtir de fripe, c’est donner une seconde vie au vêtement et l’utiliser à son maximum. Adopter la fripe, c’est contribuer à la préservation des ressources naturelles (faune, flore, eau, mines, etc.).

Dans le but de préserver l’environnement, le hipster fabrique lui-même ses propres vêtements. Il s’abstient également d’utiliser des smartphones, car la fabrication de ces appareils engendre une forte dégradation des ressources naturelles.

Préservation de la santé

La mode hipster est devenue populaire grâce à l’adage qui dit de faire de son aliment, son médicament et vice versa. En effet, pour préserver sa santé et par la même occasion, se démarquer du consumérisme imposé par les grands groupes agroalimentaires, le cliché veut que le hipster s’alimente de produits bios, de graines et de pain sans gluten.

Les produits bios, non seulement préservent la santé du consommateur, mais également préserve l’environnement. En effet, la chaine de production des aliments bio exclut l’usage de substances chimiques tels les pesticides, herbicides et engrais.